Catégorie : Art et Politique

Axe 2 : Art et politique
Responsables scientifiques : Sandrine Ferret et Marion Hohlfeldt

À l’ère de la globalisation, est-il encore concevable de penser que l’art, les œuvres pourraient détenir un pouvoir critique et témoigner d’une efficience politique ? Si la question des rapports entre art et politique délimite un espace de réflexion historiquement balisé par de nombreuses réflexions, il apparaît que l’époque contemporaine a profondément modifié les conditions de ce qu’on a pu considérer dans l’histoire de l’art comme un art engagé ou comme un art politique.
Les travaux menés dans ce cadre sont précisément consacrés aux gestes artistiques qui, sous leurs formes les plus variées allant des tactiques discrètes au formes de résistance les plus ouvertes et à travers différents médiums (photographie, performance, vidéo, cinéma, installation etc.), interpellent, contestent les structures de pouvoirs ou entrent en lutte ouverte avec elle. Il s’agit ainsi d’étudier les nouvelles formes d’action politique et de critique sociale dans le champ artistique qui visent à transformer le monde plus qu’à le représenter.

Les projets qui suivent sont axés sur des pratiques artistiques qui interrogent l’espace public, les territoires, les frontières et qui sont analysées du point de vue de leurs interactions avec la société contemporaine et de leurs effets sur l’espace public. Ils permettront d’aborder les problématiques et les questions suivantes :

– Si être public signifie, dans son acceptation la plus profonde, vivre dans une association avec d’autres, quel avenir peut-on prédire pour la cité face à ces modifications profondes des modes de rencontre et de communication ?
– Quel est le sort du politique lorsque la parole se retire, laissant place à des commentaires aussi hâtifs que l’image instantanée ?
– L’espace public peut-il résister à cette fragmentation de la présence, de l’attention et de l’information et produire, autrement, un « géographique particulier » ?
– Comment les artistes déjouent-ils avec des moyens artistiques les nouvelles stratégies de contrôle, de surveillance, d’exploitation et de stockage des données ?
– Quel est le potentiel critique et/ou subversif des pratiques artistiques – en particulier de la performance quand elles s’inscrivent dans un contexte institutionnel ?