1 – Projet scientifique de l’équipe

Les enseignants-chercheurs membres de la nouvelle équipe Pratiques et Théories de l’art contemporain (PTAC) étaient  membres de l’Équipe d’Accueil Arts : Pratiques et Poétiques (EA 3208) depuis la création de celle-ci en 2000. Après 16 années d’activités au sein de cette structure, il est apparu nécessaire de mettre en place un nouveau cadre permettant de développer des recherches en rapport explicite avec la pratique de l’art actuel.

La création de cette nouvelle équipe de 20 enseignants-chercheurs vise à rendre plus explicite les conditions et les effets d’une recherche en arts qui croise des perspectives différentes (histoire de l’art, esthétique, arts plastiques). En effet, à l’échelle nationale, Rennes est un des rares pôles universitaires qui proposent un enseignement pratique des Arts plastiques.

Le projet scientifique de l’équipe repose sur l’articulation de trois axes qui regroupent chacun des programmes de recherche structurants et de nouveaux axes émergents à consolider.

 

AXE 1 : L’art comme production 

Responsables scientifiques : Pascale Borrel et Laurence Corbel

Si les conditions et les modes de création artistique sont l’objet de nombreuses interrogations dans le champ de l’histoire de l’art, les modifications de la nature et du statut de l’œuvre d’art, de même que la redéfinition des rapports entre les pratiques artistiques au cours du XXe siècle, et peut-être plus manifestement au tournant des années 1950-1960, soulignent l’importance de comprendre la création comme un processus. De nouvelles formes d’expression, qui ont émergé dans la seconde moitié du XXe siècle, accordent une place importante au contexte de production de l’œuvre, aux discours qui l’accompagnent (qu’ils soient ceux des artistes ou des théoriciens de l’art) et participent plus ou moins directement de son élaboration. Cet axe propose de réfléchir les conditions de la production artistique en tant que telle.

En s’interrogeant sur l’élaboration, matérielle ou immatérielle, de l’œuvre d’art pour en saisir les ressorts, les opérations et les logiques, cet axe permettra d’aborder les problématiques et les questions suivantes :

  • Quels sont les nouveaux territoires investis et définis par les publications d’artistes ?
  • Comment interroger l’idée de pratique alternative qui est attachée aux éditions d’artiste.
  • Quelle est la portée critique des démarches mises en œuvre compte tenu de la diversité des contextes dans lesquels elles émergent ?
  • Quelle part accorder aux modes de diffusion – au sens des différents modes de monstration, d’édition et de partage – dans l’invention des formes ?
  • Quels sont les régimes de discursivité, le statut et la fonction des discours d’artiste au regard des œuvres plastiques ?
  • Comment les discours d’artiste renouvellent-ils les représentations des processus créateurs ? Comment informent-ils l’expérience esthétique ?
  • Quelles sont les stratégies de positionnement des artistes dans un espace mondial globalisé ?
  • Comment redéfinir le travail du curateur ou du commissaire à la lumière de la redistribution des rôles des acteurs au sein du monde de l’art ?

 

Axe 2 : Art et politique

Responsables scientifiques : Sandrine Ferret et Marion Hohlfeldt

 

À l’ère de la globalisation, est-il encore concevable de penser que l’art, les œuvres pourraient détenir un pouvoir critique et témoigner d’une efficience politique ? Si la question des rapports entre art et politique délimite un espace de réflexion historiquement balisé par de nombreuses réflexions, il apparaît que l’époque contemporaine a profondément modifié les conditions de ce qu’on a pu considérer dans l’histoire de l’art comme un art engagé ou comme un art politique.

Les travaux menés dans ce cadre sont précisément consacrés aux gestes artistiques qui, sous leurs formes les plus variées allant des tactiques discrètes au formes de résistance les plus ouvertes et à travers différents médiums (photographie, performance, vidéo, cinéma, installation etc.), interpellent, contestent les structures de pouvoirs ou entrent en lutte ouverte avec elle. Il s’agit ainsi d’étudier les nouvelles formes d’action politique et de critique sociale dans le champ artistique qui visent à transformer le monde plus qu’à le représenter.

 

Les projets qui suivent sont axés sur des pratiques artistiques qui interrogent l’espace public, les territoires, les frontières et qui sont analysées du point de vue de leurs interactions avec la société contemporaine et de leurs effets sur l’espace public. Ils permettront d’aborder les problématiques et les questions suivantes :

 

  • Si être public signifie, dans son acceptation la plus profonde, vivre dans une association avec d’autres, quel avenir peut-on prédire pour la cité face à ces modifications profondes des modes de rencontre et de communication ?
  • Quel est le sort du politique lorsque la parole se retire, laissant place à des commentaires aussi hâtifs que l’image instantanée ?
  • L’espace public peut-il résister à cette fragmentation de la présence, de l’attention et de l’information et produire, autrement, un « géographique particulier » ?
  • Comment les artistes déjouent-ils avec des moyens artistiques les nouvelles stratégies de contrôle, de surveillance, d’exploitation et de stockage des données ?
  • Quel est le potentiel critique et/ou subversif des pratiques artistiques – en particulier de la performance quand elles s’inscrivent dans un contexte institutionnel ?

 

Axe 3 : Art & épistémologie

Responsabilité scientifique : Nicolas Thély et Ivan Toulouse

Durant la dernière décennie, les débats se sont cristallisés autour de la figure de l’artiste comme chercheur et des spécificités d’une recherche en art et/ou sur l’art. Pour autant, rares sont les recherches et les publications portant sur les méthodologies et les outils conceptuels développés et appliqués dans le champ de la recherche en art. Si on constate un réel intérêt des chercheurs en arts pour les sciences humaines et sociales et pour d’autres disciplines telles que les sciences mathématiques, les sciences des techniques de l’information et de la communication, et les sciences du vivant, quels sont les apports et les appropriations méthodologiques de ces disciplines ? Quel est le devenir des méthodologies développées spécifiquement dans la conduite d’une recherche en art ou d’une pratique artistique ? Quel rôle attribuer à l’expertise artistique et esthétique des techniques et des technologies numériques ?

L’approche épistémologique concerne aussi l’étude des processus de création à l’œuvre dans les démarches artistiques et leur confrontation avec les méthodologies des sciences humaines et sociales mais aussi celles des sciences de la nature et formelles, en particulier dans une réflexion sur le statut de l’expérience.

L’objet de cet axe transversal vise donc à examiner, consolider, et diffuser les méthodes et les outils développés par les membres de l’équipe. Il permettra d’aborder les problématiques et les questions suivantes :

 

  • Quels sont les références et les outils théoriques utilisés par les chercheurs en art dans la conduite d’entretiens, les pratiques d’observation et les enquêtes de terrain ?
  • Quelle est l’incidence des méthodes du design graphique dans la mise en forme des données récoltées ?
  • Quels sont les enjeux épistémologiques de l’exposition, des publications d’artistes, les espaces numériques (cd-rom, site internet, jeux vidéo), les performances, les écrits d’artistes ? Peut-on les considérer comme des cadres cognitifs permettant de conceptualiser et d’expérimenter des connaissances et de diffuser des savoirs ?
  • En quoi les recherches portant sur les publications d’artistes, le design graphique et de données et la création numérique contribuent-elles à mieux cerner les enjeux épistémologiques des humanités numériques ?
  • Quelles nouvelles méthodes d’analyse émergent à partir de l’utilisation d’instruments en géomatique, en statistique et en traitement automatique des langues dans le cadre d’analyses et d’études artistiques ?