Colloque – Où en sommes- nous avec la Théorie esthétique d’Adorno ?

Courtesy Philippe Cazal

Les équipes Histoire et critique des Arts (EA 1279) et Pratiques et Théories de l’Artcontemporain (EA 7472) de l’université Rennes 2 organisent  du 5 au 7 octobre 2017 le colloque international Où en sommes-nous avec la Théorie d’Adorno ?

Argumentaire : Dans sa Théorie de l’avant-garde publiée à peine cinq ans après la Théorie esthétique d’Adorno (1970), Peter Bürger considérait l’esthétique d’Adorno comme « la norme de toute théorie contemporaine de l’esthétique ». Que reste-t-il de cette « norme » plus de qua- rante ans après la publication d’Ästhetische Theorie ?

Le colloque international « Où en sommes- nous avec la Théorie esthétique d’Adorno ? » a pour ambition de faire le point sur notre relation à ce texte majeur de la théorie de l’art, ses avancées ou ses apories, s’agissant notamment de la question de l’autonomie de l’art.

Pour Theodor W. Adorno, l’œuvre d’art est « autonomie et fait social » : si l’art devient social, c’est « par la position antagoniste qu’il adopte vis-à-vis de la société, et il n’occupe cette position qu’en tant qu’art autonome ». Dans le « monde administré », l’autonomie de l’art est l’autonomie de référence, celle à partir de laquelle on peut penser l’autonomie morale et politique. Toute œuvre, même la plus sublimée, « cache quelque chose comme “il faut changer le monde” ».

Comment passe-t-on de l’autonomie des œuvres d’art à l’autonomie des individus ? « Les œuvres d’art correspondent au besoin objectif d’une transformation de la conscience pouvant se faire transformation de la réalité ». Dans le monde empirique, elles offrent leur liberté et participent ainsi du mouvement utopique.

Responsabilité scientifique : Christophe David (HCTA) et Florent Perrier (PTAC)

Informations pratiques : 

Du jeudi 5 au samedi 7 octobre 2017.

Université Rennes 2, Campus Villejean, Bâtiment L, Amphi L3.

Métro : Villejean Université.

 

Programme : [version pdf]

Jeudi 5 octobre 

9h30 > Accueil des participants, hall L
10h00 > Ouverture du colloque : Leszek Brogowski, Christophe David et Florent Perrier (Université Rennes 2)

10h15 : Théorie esthétique et Dialectique négative

Présidence : Olivier Voirol (Université de Lausanne)

Henri Lonitz, (Theodor W. Adorno Archiv, Francfort/Main, Allemagne) « Sur quelques thèmes de la Théorie esthétique : antagonismes, caractère d’énigme, teneur de vérité et métaphysique »

Lucie Wezel, (Université Paris Ouest Nanterre La Défense) « Art et négativité : une utopie voilée de noir »

Marc Jimenez, (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) « L’impossible théorie ou l’esthétique interdite »

11h45 > Discussion

14h00  : Théorie esthétique et traditions philosophiques

Présidence : Sonia Dayan-Herzbrun (Université Paris 7 – Diderot)

Tom Huhn, (School of Visual Arts, états-Unis) « Comment la faculté de juger esthétique évite de devenir une faculté humaine comme les autres »

 Christoph Haffter, (Université de Bâle, Suisse) « L’œuvre fragmentaire : une figure romantique dans la Théorie esthétique »

15h00 / 15h30 > Pause

Jacques-Olivier Bégot, (Université Paris 7 – Diderot) « L’histoire à l’œuvre : Adorno entre Hegel et Benjamin »

Antonia Soulez, (Université Paris 8) « Présence des viennois Kraus et Wittgenstein dans la Théorie esthétique »

16h30 > Discussion

Vendredi 6 octobre

9h30 / Théorie esthétique et théorie politique

Présidence : Wilfried Laforge (Université de Strasbourg)

Anne Boissière, (Université de Lille 3) « L’exigence du concret »
Jean-Paul Olive, (Université Paris 8) « Sur un modèle musical de l’œuvre d’art »

Victor Frangeul, (ENS Paris) « La construction de la figure de Beethoven comme matrice méthodologique de la critique d’art adornienne »

15h30 / 16h00 > Pause

Joana Desplat-Roger, (Université Paris Ouest Nanterre La Défense)
« Des écrits sur le jazz à la Théorie Esthétique : glissement et contorsion conceptuelle »

Marina Muñoz, (Université de Barcelone, Espagne) « Sur quelques problèmes que pose le concept de critique immanente dans son application à des exemples musicaux » (*)

17h00 > Discussion

 Samedi 7 octobre

9h30 / Théorie esthétique, concepts et œuvres d’art

Présidence : Jacques-Olivier Bégot (Université Paris 7 – Diderot)

Wilfried Laforge, (Université de Strasbourg) « Les voies d’un retour à Adorno » Stefanie Baumann, (Université Nouvelle de Lisbonne, Portugal) « Dialectique

du film selon Adorno »

10h30 / 10h45 > Pause.

Justin Neville Kaushall, (Université de Warwick, Royaume-Uni) « Expression et créativité dans la Théorie esthétique »

André Krebber, « Le procès de la beauté naturelle tel qu’Adorno l’a réinstruit » (Université de Kassel, Allemagne)

11h45 > Discussion

14h00 / Théorie esthétique, concepts et œuvres d’art (2)

Présidence : Christophe David (Université Rennes 2)

James Hellings, (Université de Reading, Royaume-Uni) « Rendre (magique) : rendre l’invisible visible » (*)

Mariem Hazmoune, (Université Paris 8) « Une lecture polyphonique de la Théorie esthétique (l’identification de l’œuvre d’art chez Adorno et Rancière) »

15h00 > Discussion

17h00 > Fin du colloque.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Nicolas Thély (1 octobre 2017). Colloque – Où en sommes- nous avec la Théorie esthétique d’Adorno ? Pratiques et Théories de l'art contemporain. Consulté le 17 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/t1vn


Nicolas Thély

Professeur en art, esthétique et humanités numériques à l'université Rennes 2, Nicolas Thély est directeur de la Maison des Sciences de l'Homme en Bretagne (USR 3549).

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search