Soutenance – Thèse en Arts Plastiques : Quentin Montagne

Le jeudi 7 janvier 2019, soutenance de la thèse en arts plastiques de Quentin Montagne sous la direction de Christophe Viart à lUniversité Rennes 2.

Titre des travaux : LAquarium : vision et représentation des mondes subaquatiques, Un dispositif dexposition au croisement de lart et de la science.

Thèse de doctorat en arts plastiques de Quentin Montagne sous la direction de Christophe Viart, Rennes 2.

Le jury est constitué d’Éric Baratay (Professeur des universités, Université Jean Moulin Lyon 3), Sandrine Ferret (Professeure des universités, Université Rennes 2), Nicolas Floch (artiste plasticien), Corine Pencenat (Maître de conférences HDR, Université de Strasbourg), Olivier Schefer (Professeur des universités, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Christophe Viart (Professeur des universités, UniversitéParis 1 Panthéon-Sorbonne, Directeur de thèse)

Quentin Montagne, Temple Maya #1, 2019

Résumé :

Initiée par la pratique artistique de lauteur, cette thèse a pour premier objectif de saisir les qualités plastiques et esthétiques de laquarium, tant sous sa forme domestique et individuelle qu’àl’échelle des scénographies d’établissements publics. Le second est de déterminer ses rapports avec le monde subaquatique naturel, et son influence potentielle sur notre manière de percevoir ce milieu si particulier. Directement héritédu XIXe siècle, et pour ainsi dire ignoréde la recherche en dehors de laquariophilie, ce dispositif dexposition se distingue par son ambiguïté. Il oscille constamment entre science, décoration et spectacle tout en prenant une infinitéde formes, chacune engageant le spectateur de manière différente. Puisant des exemples dans les champs de lart contemporain, de lhistoire de lart, de la littérature comme des sciences naturelles, et impliquant constamment le travail plastique de lauteur, la thèse sorganise en trois parties. Àlissue dune approche historique, laquarium est dabord défini comme dispositif écranique tenant àla fois du tableau et de la scène de théâtre avant dapparaître dans un deuxième temps, au vu des éléments qui le composent, comme un jardin miniature. Loin de reproduire avec fidélitéun site naturel donné, laquarium relève du domaine de lart et de la création, héritant du maniérisme de la Renaissance, du courant pittoresque du XVIIIe siècle comme des jardins dExtrême-Orient. Sans évolution marquante depuis son invention, le paysage dans laquarium apparaît enfin dans sa dimension nostalgique, grottes, ruines et autres fabriques renvoyant autant aux apocalypseslégendaires quaux risques écologiques actuels.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search