Colloque – La politique du visage. Fanatisme esthétique et regard éthique

Du 5 au 7 avril, les laboratoires Psychopathologie : nouveaux symptômes et lien social et Pratiques et théories de l’art contemporain organisent le colloque international « La politique du visage. Fanatisme esthétique et regard éthique » aux amphis L2 et L3, sur le campus Villejean de l’université Rennes 2.

Argumentaire : 

« Le visage n’est pas “naturel” » ; il est une construction historique, sociale et politique. Son ambiguïté reflète nombre de tensions intellectuelles qui fondent la conception même de l’individu humain, comme par exemple le corps et l’âme, l’intérieur et l’extérieur, l’artificiel et le naturel.

À l’époque moderne, le portrait est aussi un miroir brisé de l’art qui permet à celui-ci de se dérober aux prescriptions esthétiques. Le visage ne peut être qu’humain, mais, dès le XVIe siècle, son expression est « calquée » sur l’expression animale. Au XVIIe, parallèlement aux traités philosophiques, le portrait contribue à formuler une nouvelle approche des « passions de l’âme ». Il aide à comprendre les émotions qui se dessinent dans les traits du visage, mais finit, au XVIIIe siècle, à produire le vocabulaire hypocrite des passions, inscrit dans les coordonnées cartésiennes, parfait pendant de l’étiquette à l’usage de la société de cour. Le XIXe voit le phantasme de la physionomie – lire dans le visage vécus les plus intimes de l’individu – pénétrer durablement dans les défis scientifiques (eugénisme, la fabrique de l’homme nouveau) : c’est un déni de faciès ! L’éclatement de l’espace de la Renaissance sous l’impulsion des cubistes est l’occasion de considérer l’expression du visage comme le modèle de l’expression tout court : quelques traits de pinceau, et voilà le visage ! Mais cette même époque renforce la conviction que la déformation du visage est une marque de la folie !

Quel avenir pour le visage, qui a été un ambigu symbole de l’identité et de la dignité humaine dans les sociétés occidentales ? Comment assumer la double tradition philosophique qui est à la fois tentée par le fantasme de la beauté féminine, idéalisant et désingularisant le visage, et par l’éthique fondée sur le regard d’autrui ? Quelle politique du visage, donc, à une époque qui, sur fond de divers phénomènes anciens (masque rituel, masque mortuaire, icône byzantine, tatouage, maquillage, physionomie, etc.), voit en émerger de nouvelles (Photoshop, chirurgie esthétique, contrôles au faciès, selfies, webcam, greffe du visage, etc.).

Quelle politique pour quel avenir du visage humain dans une situation nouvelle où la construction du visage semble avoir définitivement échappé à l’art, en subissant des assauts de la part de l’industrie, de la science, du marketing, des nouvelles technologies, de la politique sécuritaire, etc.? Le danger n’est-il pas toujours le même : ramener le visage au seul visible, alors qu’il le dépasse là, où il appartient à une personne.

 

Responsables scientifiques : Leszek Brogowski, Gwénola Druel et Anna Szyjkowska

 

Télécharger le programme définitif (mis à jour le 2 avril 2018)

Site internet du colloquehttps://visage.sciencesconf.org

 

 

 

 

Programme détaillé  :

JEUDI 5 AVRIL 2018 MATIN

9 :00 Accueil

9:15 Introduction par Leszek Brogowski / Gwénola Druel / Anna Szyjkowska SESSION UNIQUE : DIVISIONS / REVISIONS

9:30 Hans Belting, Cyber-visages

Chaire dite européenne au Collège de France de 2002 à 2003, portant sur L’histoire du regard. Représentation et vision en Occident ; directeur du Internationales Forschungszentrum Kulturwis- senschaften de Vienne entre 2004 et 2007

10:15 William J.T. Mitchell, Image dialectique

Professeur à Université de Chicago, co-dirige Critical Inquiry

11:00 PAUSE CAFÉ

11:15 Rahma Khazam, Confronter le regard digital

Critique d’art, prix ICOM

12:00 PAUSE DÉJEUNER

 

JEUDI 5 AVRIL 2018 APRÈS-MIDI DEUX SESSIONS PARALLÈLES

SESSION A : VISAGE COMME SYMPTÔME
14:00 Alain Abelhauser, « Dévisager » sans effet : la prosopagnosie

Psychanalyste, professeur des universités en psychopathologie clinique, Université Rennes 2

14:30 Vincent Ciciliato, Symptomatologie du visage aux durées accidentées

Maître de conférences à l’Université Jean Monnet, Saint-Étienne

15:00 PAUSE CAFÉ
15:30 Beillard-Robert Ludivine, Sous le voile du maquillage se farde le pas-tout

Psychologue clinicienne, doctorante en psychopathologie à l’Université Rennes 2

16:00 Diane Watteau, « Aut vulva aut vultus ». « — j’éteins ? — non ! »
Maîtresse de conférence en Arts plastiques à l’Université Paris I – Panthéon Sorbonne

16:30 Fanny Réguer, Pessoa et ses hétéronymes : donner visage(s) à l’origine de l’écriture

Psychologue clinicienne, doctorante en psychopathologie à l’Université Rennes 2

SESSION B : FORMES ET REGARDS
14:00 Marcin Pasek, Visage et forme chez Witold Gombrowicz

Doctorant à Humboldt Universität, Berlin (Allemagne)

14:30 Mickaël Peoc’h, Signe du miroir et solution esthétique

Psychologue clinicien, doctorant en psychopathologie à l’Université Rennes 2

15:00 PAUSE CAFÉ
15:30 Alexander Streitberger, Le « visage caméléon » à l’ère de la modernité liquide

Professeur en histoire de l’art à l’Université Catholique de Louvain (UCL) et directeur du Lieven Gevaert Research Center for Photography, Art and Visual Culture (Belgique)

16:00 Stanisław Rosiek, « Masques mortuaires et le portrait »

Professeur des Lettres modernes à l’Université de Gdansk, historien de littérature (Pologne)

16:30 Anne de Boissieu, Le visage comme événement : de son avènement à sa disparition

Enseignante de lettres et cinéma au lycée Turgot à Paris

18:30 VERNISSAGE DE L’EXPOSITION SUR LES LIVRES RARES DU FONDS DE LA BIBLIO- THÈQUE CENTRALE DE RENNES 2

 

VENDREDI 6 AVRIL 2018 MATIN 2 SESSIONS PARALLÈLES

SESSION A : PORTRAIT DE L’ARTISTE
9:30 Ghislaine Trividic, Portrait de l’artiste in absentia

Artiste, rédactrice en chef de la revue Art présence
10:00 David Monnier « La tête de Méduse, le visage de l’amour »

Psychologue, psychanalyste, Docteur en psychologie

10:30 PAUSE CAFÉ

11:00 Lionel Lathuille « Élargissement du visage »

Professeur agrégé d’arts plastiques, professeur-relais pour la Biennale d’art contempo- rain de Lyon 2013 et 2015

10:30 Stéphane le Mercier, Trois fiches anthropométriques

Artiste, professeur à l’École Supérieur d’Art et de Design Saint-Étienne, doctorant à l’Université Rennes 2

12:00 PAUSE DÉJEUNER
SESSION B : FANATISME ESTHÉTIQUE ET L’IDENTITÉ (DITE) FÉMININE

9:30 Dorota Folga-Januszewska, Visage des femmes dans le portrait. L’histoire du genre

Professeur à l’Académie des beaux-arts de Varsovie, directrice adjointe du musée de Palais Wilanów (Pologne)

10:00 Romain Aubé, Le masque féminin : remède ou poison ?

Psychologue clinicien

10:30 PAUSE CAFÉ

11:00 Sandrine Ferret, Le visage féminin dans l’histoire de la photographie : une cons- truction méthodique de « l’identité féminine »

Professeure d’arts plastiques à l’Université Rennes 2, directrice du laboratoire Pratiques et Théories de l’Art Contemporain

11:30 François Sauvagnat, Le visage absolu : notes sur le regard de Méduse

Professeur de psychopathologie à l’Université Rennes 2

12:00 PAUSE DÉJEUNER

VENDREDI 6 AVRIL 2018 APRÈS-MIDI DEUX SESSIONS PARALLÈLES

SESSION A : NOUVELLES POLITIQUES DU VISAGE
14:00 Anne Favier, D’autres visages : vers des visages reconstitués

Maîtresse de conférence à l’Université Jean Monnet, Saint-Étienne

14:30 Vincent Duché, La simulation numérique du visage : vers une indicialité program- mée
Doctorant en arts plastiques et photographie à l’Université Paris 8

15:00 PAUSE CAFÉ
15:15 Alice Lenay, Interface-à-face. Webcams et discours politique, Artiste, doctorante à

l’Université Grenoble Alpes

15:45 Marc Veyrat, « Enfermé-e avec un coyote »

Artiste, Enseignant chercheur en Arts, Sciences de l’Art (USMB / Université Savoie Mont-Blanc) et des Humanités Numériques

16 :15

SESSION B : FRAGMENTS DU VISAGE DANS LES ÉCRANS

14:00 Baptiste Brun, Le désordre symbolique d’un Facebook

Maître de conférences en histoire de l’art à l’Université Rennes 2

14:30 Anna-Maria Le Bris, Le visage traqué : une mise au pilori figurée Doctorante en arts plastiques à l’Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne

15:00 PAUSE CAFÉ
15:15 Anthony Joubert, Smiley, La vengeance de PAC-MAN

Psychologue clinicien, auteur, compositeur, interprète, artiste plasticien

15:45 Mélinda Marx, Méduse à Hollywood. Le visage de l’horreur dans Ring de Hideo Na- kata (1998)
Psychologue, Docteure en psychopathologie, Université Rennes 2

16:15 Isabelle Davy, Individuations artistiques et politique du visage dans la photogra- phie numérique
Docteure en esthétique, chercheure associée à l’université Paris 8

SAMEDI 7 AVRIL MATIN SESSION UNIQUE : REGARDS ÉTHIQUES

9:30 Małgorzata Grygielewicz, Visage de la mort

Professeur à École Européenne Supérieure de l’Image Poitiers-Angoulême

11:30 Danièle Méaux, L’innocence et la culpabilité

Professeure d’esthétique à Université Jean Monnet, Saint-Étienne, directrice du laboratoire CIE- REC

11:30 PAUSE CAFÉ

10:45 Jil Daniel et Olivier Sarrouy, Vers une étho-politique de l’anonymat

J. Daniel est artiste, doctorant en arts plastiques à l’Université Rennes 2 ; O. Sarrouy est Maître de conférences en sciences de communication à l’Université Rennes 2

11:15 Al Karjousli Soufian « Entre auréolé la ête de flamme, feutré le visage, et voilé les têtes et l’interdiction dite de l’image dans la pensée arabo-musulmane »
Enseignant de langue et de civilisation arabo-musulmane, chercheur associé, EMAM UMR CNRS 6173 CITERES, Tours

11:45 Itzhak Goldberg, Visage absente

Professeur émérite en histoire de l’art à l’Université Jean Monnet, Saint-Étienne, critique d’art, commissaire d’expositions

FIN DU COLLOQUE : Brève conclusion par les organisateurs


Nicolas Thély

Professeur en art, esthétique et humanités numériques à l'université Rennes 2, Nicolas Thély est directeur de la Maison des Sciences de l'Homme en Bretagne (USR 3549).

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.